L'histoire du jour - Arras TattooArras Tattoo

L’histoire du jour

L’histoire se passe à Hamilton, en Nouvelle Zélande.

Une cliente du salon du tatoueur Jason Ward (Muscles and Ink), prend une photo touchante. Celle du professionnel en train de faire un « tatouage » sur une cliente atteinte du syndrome de Down.

suzy

La photo, prise par cette autre cliente attendrie par la patience de l’artiste fait en quelques jours le tour du monde. La dame, trisomique, entre dans le shop du tatoueur chaque vendredi, sans exception…

La première fois, elle a simplement demandé à ce que le professionnel de l’aiguille lui fasse un tatouage. Ne sachant pas comment réagir, il a été assez vite rassuré quand sa nouvelle cliente lui a tendu une décalcomanie qu’elle voulait se voir « tatouer » avec talent. Plutôt amusé, le tatoueur a donc sorti tout le nécessaire, à savoir les gants, le spray désinfectant et tout le reste… Il l’a installée et s’est appliqué sur son ouvrage. Au fur et à mesure du temps de pause du décalco, un immense sourire a inondé le visage de Suzy, avec l’impression d’être, selon ses propres termes « comme les autres ».

Expérience réussie. Tellement réussie que la cliente revient chaque vendredi depuis ce jour.

« La première fois, je me suis senti obligé. Maintenant, je veux juste qu’elle continue à sourire. Alors même si j’ai un ‘vrai’ client au moment où elle entre dans la boutique, je lui demande la permission de m’interrompre quelques instants pour lui faire ce plaisir », explique l’artiste.

Les clients touchés… et le monde avec !
Si la photo a fait le tour du monde (17.800 partages et 179.000 « likes »), Jason Ward se défend d’en faire de la publicité. Ce sont ses clients qui, touchés par ce piqueur au grand cœur s’en chargent.

« Cela fait un moment que ça dure, je ne l’ai pas partagé pour ma réputation. Mon but quotidien est de donner le sourire aux gens et faire de leur journée un jour spécial. Je suis un homme normal qui veut être heureux et rendre ses proches heureux », se défend-il après cette publicité inattendue.

Rochelle Douglas, la cliente qui se faisait tatouer la jambe au moment de l’arrivée de cette cliente apportant ses décalcomanies a été touchée par le rituel que le tatoueur mimait assidument. C’est ainsi qu’elle a eu l’idée de prendre cette photo et d’immortaliser ce geste de générosité gratuite. Car Jason ne fait jamais payer Suzy. Son salaire, il le tire du sourire qu’il obtient à chacun des passages de sa petite cliente.

suzy2

« Il faudrait plus de gens comme lui » finit-elle par conclure.

Aujourd’hui, ce sont les internautes du monde entier qui lui envoient des décalcomanies pour qu’il les soumette à sa cliente. Laquelle les accepte volontiers 🙂

Thibaud

Page Facebook du shop de Jason : https://www.facebook.com/taylored.ink371